50374f2b4716a464d0848d08b5ac9559-1471844341

Shayh Alami, l’imam radical de Verviers, son épouse et leur fils, qui est apparu dans une vidéo tournée au centre de Verviers et qui lançait un appel au meurtre de chrétiens, ont été interpellés dimanche soir aux alentours de 17h.

Après avoir été interrogé, l’adolescent a été remis en liberté ce lundi vers 2h du matin. « Le jeune homme qui a été interpellé dimanche a été remis en liberté pour des raisons de procédure et de coordination de deux dossiers, l’un géré par le parquet fédéral et l’autre par le parquet de Liège« , a indiqué lundi Philippe Dulieu, procureur du Roi de Liège.

« La privation de liberté est intervenue dans le cadre d’un dossier relevant du parquet fédéral. Le jeune homme n’a pas encore été entendu quant à la vidéo mais ce dossier suit son cours« , conclut le procureur.

Je ne parlais pas des Chrétiens mais du régime de Bachar

Le fils de l’imam, présent au domicile familial ce lundi, a accepté de répondre aux questions de notre journaliste sur place, à Dison. Il a déclaré que les policiers lui ont pris son téléphone portable, « ils m’ont dit qu’ils pomperont les données, et vérifieront s’il y a des preuves comme quoi je voulais partir ou faire un attentat ici. » Il a évoqué des regrets par rapport à la manière dont la vidéo a été interprétée. On l’aurait mal compris car il aurait utilisé certains mots au lieu d’autres, « je ne parlais pas des Chrétiens mais du régime de Bachar (al-Assad, NDLR). C’était pas par moi-même, c’était du par cœur. » a-t-il précisé.

Il a également expliqué qu’il avait fréquenté des personnes qui sont parties aujourd’hui en Syrie, mais qu’actuellement, il en connaît beaucoup moins.

 

Les deux dossiers gérés de manière distinctes

Le fils de l’imam comparaîtra devant un juge de la jeunesse, a indiqué lundi Christine Wilwert, procureure du Roi au parquet Liège division Verviers.

Pour Christine Wilwerth, il est bien trop tôt pour envisager un dessaisissement du juge de la jeunesse. « Cette décision ne se prend qu’au terme de la procédure et certaines conditions doivent être respectées comme le fait que l’adolescent doit avoir plus de 16 ans« , ajoute la procureure du Roi.

Le dossier du père, qui est sous le coup d’un arrêté d’expulsion et celui de l’adolescent qui tenait des propos haineux envers les chrétiens seront donc gérés de manière distincte. « S’il y a des faits répressibles concernant pour le père, c’est le parquet fédéral qui en sera saisi et pour l’arrêté d’expulsion, c’est le ministère de l’Intérieur qui est compétent« , conclut Christine Wilwerth.

Il dit regretter la vidéo

Au moment où l’affaire a éclaté, au début du mois, l’imam et sa famille étaient en vacances au Maroc et le père, Shayh Alami, avait alors annoncé son intention de se rendre à la police avec son fils à leur retour pour s’expliquer.

Si l’affaire de cette vidéo a fait tant de bruit, c’est parce que l’imam est bien connu à Verviers pour ses prêches radicaux. De nationalités marocaine et néerlandaise, Shayh Alami est, depuis un an, sous le coup d’un arrêté d’expulsion du territoire, une procédure qui n’a jamais abouti. L’imam a fait appel et lui et sa famille n’ont jamais quitté le sol belge.

En ce moment, c’est donc le fils de cet imam qui inquiète les autorités. Sur sa vidéo, il appelle Allah au meurtre de chrétiens. L’auteur de la vidéo, considéré comme radicalisé, a été placé au centre de détention de Saint-Hubert.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s