shutterstock_222873007-1.jpg

La grande discussion de ces jours est : « faut il changer nos valeurs démocratiques en fonction de la menace du terrorisme islamique et de leurs combattants ? »

Le gouvernement ,par la voix de M Valls qui répondait à une question d’actualités à l’assemblée, a affirmé son maintien de l’état de droit, et a renoncé à l’internement administratif de masse ainsi qu’a la peine de mort , y compris pour fait de terrorisme.

Cela veut dire plusieurs choses. La première est que nous avons des valeurs, des lois et que si nous y mettons trop d’exceptions,nous jouons le jeux de nos adversaires. La deuxième est qu’en tant un état de droit nous ne pouvons y déroger sous peine de nous trahir nous même.

Mais cette « pureté d’âme » a un coût, c’est que nous savons, et depuis longtemps que ces principes de l’état de droit recèlent des failles béantes et que nos adversaires savent parfaitement s’en servir, hurlant à l’atteinte aux liberté à chaque fois que nous avons le malheur de mettre une barrière ,si tenue soit elle.

En conclusion,cette attitude, bien que respectable , n’est pas la bonne.

Alors l’autre attitude est elle la bonne?

C’est à dire supprimer un certains nombre de libertés,ouvrir des centres de rétention pour tous les fichiers S. Libérer le cadre des écoutes,des filatures,des surveillances,et se passer du contrôle des juges.

A priori on pourrais accepter cette solution,sauf que les américains ont déjà testé avec Guantanamo et les prisons et exécutions illégales, avec le patriot act .Que voyons nous aujourd’hui? Nous voyons que la situation n’est pas meilleure, que les terroristes sont toujours actifs, d’autant plus facilement que les armes de guerre sont en vente libre.

Cette théorie défendue par la droite et présentée par Eric Ciotti ne semble pas être la bonne non plus. Elle se contente de rassurer un certains nombre de nos concitoyens. Les terroristes islamistes, pas plus idiots que d’autres ferons ce qu’il faut pour ne pas se faire repérer. D’autre part le coût financier d’une telle attitude rendent ce projet infaisable. Songeons qu’il faut 20 fonctionnaires pour surveiller un suspect,et combien de gardiens et de centre de détentions devrait on ouvrir pour abriter les 10 000 fichés S sur le territoire ?

Alors que faire ?

C’est simple, il suffit simplement d’appliquer la loi existante et le code pénal,et nous trouverons la solution,internement administratif est prévu dans le code de procédure pénale, et la déchéance de nationalité est prévue dans le code civil. Pour les écoutes ,filature et perquisition,l ‘état d’urgence et au besoin,l’art 16 peuvent apporter des solutions.

La ou je me pose des question c’est quand je vois les manifestations et les casseurs,que l’on laisse faire malgré l’interdiction du fait de l’état d’urgence. Il conviendrait simplement, la aussi d’appliquer la loi. En ce qui concerne le mondial, je pense qu’un encadrement plus strict aurait été possible, si les Cégétistes n’avaient pas manifesté et cassé dans les rues de Paris ,Nantes ou Rennes ,en provoquant un déploiement de force de l’ordre dont nous aurions eu besoin ailleurs.

Donc la solution est simple, la loi, rien que la loi, mais toute la loi, et je suis certain que la lutte antiterroriste s’en trouvera renforcée ,pas besoin d’y rajouter d’autres textes.

IL faudra également expliquer au juges du syndicat de la magistrature que casseurs ,terroristes et hooligans ne sont pas des victimes de la société,mais des nuisibles à mettre dans l’incapacité de nuire.

Bon Week end et que Dieu vous garde

Delenda est Daesh

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s