sentinelle-20150610

Depuis les attentats de Paris et de Saint-Denis, soit le 13 novembre, les effectifs de l’opération intérieure Sentinelle, lancée en janvier 2015, ont été portés à 10.000 soldats. Ce qui, notamment en région parisienne, pose des problèmes au niveau de leurs conditions d’hébergement et d’accueil, lesquelles peuvent être pour le moins spartiates dans certains cas.

Lors d’une audition au Sénat sur les opérations en cours [ndlr, le compte-rendu vient juste d’être rendu public], le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a une nouvelle fois insisté sur ce point.

« L’opération Sentinelle étant amenée à durer, nous devons nous préoccuper des conditions de vie et d’accueil des militaires, en région parisienne tout particulièrement », a dit le ministre. Ce qui est le cas étant donné que des efforts ont déjà été faits dans ce domaine. Mais, a priori, pas suffisamment.

« Nous avons mobilisé tous les lieux d’hébergement possibles, y compris l’îlot Saint-Germain et le Val de Grâce », a indiqué M. Le Drian. Et « à l’heure actuelle, a-t-il affirmé, 85% des effectifs sont hébergés sur nos propres sites. »

Mais, a admis le ministre, les « 20 millions d’euros d’investissements prévus en 2015 et 2016 pour améliorer cet accueil seront sans doute insuffisants. » Ce qui veut dire qu’un effort financier supplémentaire est nécessaire pour ne pas que tous les militaires de Sentinelle puisse disposer de locaux adéquats (avec douches).

Ce serait la moindre des choses… Car, comme l’a souligné M. Le Drian, « depuis novembre, nos unités sont fatiguées » car « ce sont, et ce seront toujours les mêmes [sollicités, ndlr] : il y a une seule armée, et non une armée territoriale et une armée extérieure. » Et d’ajouter : « En 2015, ils ont passé en moyenne 230 jours en dehors de leur garnison. Leur détermination est constante, même s’ils aspirent à un assouplissement, quand les recrutements autorisés par la LPM [Loi de programmation militaire, ndlr] seront opérationnels. »

Les premiers effets sur le recrutement au profit, notamment, de la Force opérationnelle terrestre (FOT), dont les effectifs seront portés de 66.000 à 77.000 soldats « devraient commencer à pouvoir se ressentir à partir de l’été 2016″, a indiqué le ministre.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s