Dans ce désert d’activités politiques,ou plutôt de cette surabondance de faits divers politiques ,j’ai eu envie de regarder ou nous allions, indépendamment de mes idées. Le plus important est la situation économique,et à mon avis,quelque soit le gouvernement,de gauche comme de droite ,nous allons droit au mur. On constatera que sur ce que d’aucun considèrent comme de bonnes choses ,il convient de bien réfléchir

Le prix du pétrole qui baisse, oui apparemment ,c’est tune bonne chose,en réalité il y a derrière la perte milliers d’emploi.

Les entreprises de forage sont déjà à l’arrêt car le prix du baril ne leur permet pas d’équilibrer leurs comptes,de plus la rentabilité des gaz de schiste au USA est plus que compromise et les l’Amérique réimporte du pétrole alors que jusqu’à peux leurs besoins étaient couverts.

Pour la France cette baisse pourrait fort bien s’accompagner d’une baisse des recettes fiscales,dans un état qui dépense de plus en plus.

Cela est tellement vrai que le bruit d’une augmentation des taxes de 25% court sur internet.

Les pays producteurs voient leurs revenus baisser aussi, ce qui veut dire moins de commandes à l’exportation ,ce qui impacte directement nos ventes à l’étranger.

Autre miroir aux alouettes ,la déflation,c’est à dire le manque d’inflation,

Premier réflexe ,chouette les prix baissent.

Peut être mais cela a des conséquences,le entreprises ont des chiffres d’affaires et des marges en baisse et ne peuvent ou ne veulent plus investir,conclusion,le chômage risque d’augmenter et la consommation va baisser,alors qu’avec une inflation maîtrisée les prix et les revenus s’équilibrent.

eco

Troisième mirage aux alouette,les taux bas ou inférieur à zéro pour les prêts aux états ,apparemment c’est bien,;mais tout ces prêts sont transformés en obligations ,et les investisseurs finiront pas ne plus en acheter, ce qui fait que d’une par nous commenceront à avoir du mal a emprunter et que d’autre part une gigantesque bulle financière se produira avec le risque de faillites en cascade de ceux qui auront investi dans ces produits financiers,à savoir les banques et les assurances,et bien entendu les particuliers seront impactés,puisque les banques ont le droit de ponctionner les comptes de particuliers au dessus de 100 000€ en cas de faillite.

La seule chance de la France de passer à travers ces écueil, est de changer radicalement de politique économique en passant d’un état providence à une économie productive et compétitive.

Pour cela il faut arrêter de penser que le traitement social des problèmes est l’alpha et l’oméga de l’économie.

Il faut dans ce pays libérer le travail,tout en remettant l’homme au centre par le remise de l’argent dans la valeur travail,et non pas dans la valeur spéculative.

Libérer le travail ,ce n’es pas faire de simples réformettes du code du travail,mais c’est de le reprendre à zéro ,en permettant aux entreprises d’embaucher et de licencier en fonction des fluctuations du marché,c ‘est aussi permettre aux salariés de gagner plus en supprimant cette notion folle des 35 H.

C’est aussi revoir complètement notre système éducatif et de formation,et lui aussi de l’adapter au monde du travail,lui permettant ainsi de ne pas créer des milliers de chômeurs, en donnant des diplômes qui ne correspondent pas aux besoins économiques, ou peu,trop peu pour le nombre de diplômés qui sortent annuellement.

C’est aussi intensifier l’apprentissage dés 14 ans,la aussi permettant à des personnes qui ne sont pas faites pour des études longues,d’acquérir un savoir qui leur donnera un métier d’avenir. Il n’est pas honteux d’être manuel,je connais pleins de plombiers aisés et plein d’avocats smicards.

Il faudra revoir les retraites,supprimer les régimes spéciaux,réformer la sécurité sociale,dans son fonctionnement et non dans ses prestations,il faudra revoir l’indemnisation du chômage,pour en faire une aide ,mais non un revenu d’attente.

Bien entendu,toute ces réformes doivent être encadré par un état respectueux des libertés de chacun tout en évitant des dérives,d’un cotés ou de l’autre.

Voilà en quelques mots ce que les gouvernements devraient faire,mais si un de ces politiques prend la mesure des réforme et les applique ,il devra s’attendre a une rection en masse des syndicats qui tiennent à ce système social qui les protège ,eux pas les salariés. Il faudra pour cela une forte personnalité,une personne dont le charisme soit incontesté,une personne qui préférera ne pas faire plaisir mais faire baisser le chômage, en résumé une personne qui fera passer le sens de l’état avant son ego.

Peut être en 2017,qui sait

Delenda est DAESH

Publicités

Une réflexion sur “Billet du 24/02/2016A quand une véritable politique de relance économique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s